Le Manipulateur Narcissique

Comment lire l'article :

PN = Pervers Narcissique (homme ou femme)

Il = l'individu (homme ou femme)

Elle = la victime (homme ou femme)

Définition et caractéristiques
 
L'expression "pervers narcissique" est utilisée en psychopathologie pour désigner les individus présentant une personnalité marquée à la fois par un narcissisme exacerbé et des traits de perversion morale.
Il change de masque suivant les situations, tantôt séducteur paré de toutes les qualités, tantôt victime faible et innocente.
Il a un souci scrupuleux des apparences, donnant l’image d’une personne presque parfaite.

Il ne s'intéresse pas à la réalité, tout est pour lui jeu d'apparences et de manipulation de l'autre.

Il excelle à susciter, amplifier et faire alterner chez l'autre regrets et peurs.

 

Comment agit il avec sa victime ?
 
Mimétisme
Apte à mimer les attitudes et les paroles de son interlocuteur, il suscite chez lui l'illusion d'un accord parfait, d'une entente exceptionnelle qui ne cesse de s'approfondir. 
 
Diviser et séparer ses relations
Par prudence, il divisera et séparera ses relations, afin qu’on ne puisse pas recouper ses mensonges ou que ses victimes ne risquent pas de s'allier contre lui. 
 
L'encensement
 Il commence par encenser sa victime. (C'est la meilleure, la plus douée, la plus intelligente…) Personne d'autre ne compte pour lui. Ces éloges et ces protestations d'attachement lui permettent de mieux « couler » sa victime ensuite en jouant sur l'effet de surprise, en ayant en outre pris soin de choisir précisément le moment où elle s'y attend le moins.
 
Se valoriser et/ou dévaloriser l’autre
Les narcisses cherchent à évoluer sous les feux de la rampe, à choisir des situations où d'autres pourront les admirer. Ils veulent capter l'attention de leurs semblables qu’ils n'hésiteront pas à critiquer en public, souvent insidieusement.
 
Autorité
Il utilise son pouvoir de séduction et ses talents de comédien pour s'imposer. Il aime arrêter toute discussion par quelque phrase assez autoritaire :  « Tu te rends compte de ce que tu me demandes ! », « Tu es vraiment malade ! ».
 

L’induction
Il s'applique à provoquer chez l'autre des sentiments, des réactions, des actes, ou, au contraire, à les inhiber. Il utilise successivement injonctions, séduction et  allusions, sans jamais se compromettre.

Pour mieux tromper l'autre, il suscite chez lui un intérêt pour ce qui va faire l'objet de son piège.

Il procède de la même façon s’il a l'intention a priori de refuser quelque chose. L'autre, qui ne comptait rien demander, va se sentir obligé sans savoir pourquoi de ne poser aucune question.

Contradictions 
Mais même quand les contradictions de son comportement éclatent semant alors le doute sur ses intentions et sa sincérité, il parvient le plus souvent à rattraper ses erreurs et à restaurer la belle image de lui-même qu'il a laissée se fissurer par manque de prudence. Il affirmera alors, par exemple, qu’il plaisantait ou qu’il cherchait à tester son interlocuteur et il sera bien souvent pardonné.
 
Messages paradoxaux
Il se complaît dans l'ambiguïté. Par ses messages paradoxaux, doubles, obscurs, il bloque la communication et place sa victime dans l'impossibilité de fournir des réponses appropriées, puisqu'elle ne peut comprendre la situation. Elle s'épuise à trouver des solutions qui seront par définition inadaptées et rejetées par le manipulateur qui en profitera pour lui faire des critiques et des reproches. Complètement déroutée, la victime sombrera dans l'angoisse ou la dépression 

 
Calomnies et insinuations
Le pervers narcissique a le talent de diffamer prudemment, en donnant l’apparence de l’objectivité et du plus grand sérieux, comme s’il ne faisait que rapporter des paroles qui ne sont pas les siennes. Souvent il ne porte pas d’accusation claire, mais se contente d'allusions. Il usera du pouvoir de la répétition pour semer le doute sur l’honnêteté de sa victime.
 
Fausse modestie
Lors de l’utilisation de la technique de l’induction, il se présente comme une personne modeste, n’osant pas proposer ses solutions. Il est capable de se faire passer pour bête et naïf, prêchant le faux pour savoir le vrai. 
 
Utilisation de fausses vérités énormes ou crédibles
Il utilise de fausses vérités (ex: mon frère me dit qu'il te trouve….) et trouve toujours un moyen d'avoir raison, d'autant que la victime est déjà déstabilisée et n'éprouve, au contraire de son agresseur, aucun plaisir à la polémique. Quelle que soit l'énormité du mensonge, le pervers s'y accroche et finit par convaincre l'autre. 
Il use d'un luxe de détails pour éteindre la vigilance de ses proches. « Plus le mensonge est gros, plus on a envie d'y croire. »
 
Se poser en victime
Lors des séparations, les PN se posent en victimes abandonnées, ce qui leur donne le beau rôle et leur permet de séduire un autre partenaire, consolateur.
Il a d’ailleurs un talent fou pour se faire passer pour une victime. Comme il a un talent fou, pour se faire passer pour malade ou irresponsable ou tirer profit d’une maladie (imaginaire), d’un accident...
 
Relation de dépendance
L'autre n'a d'existence que dans la mesure où il reste dans la position de double qui lui est assignée. L'agresseur établit cette relation d'influence pour son propre bénéfice et au détriment des intérêts de l'autre.  A chaque fois que le PN exprime des besoins de dépendance, il s'arrange pour qu'on ne puisse pas le satisfaire afin de solliciter le rejet (lui permettant de se plaindre).
 
Inhiber la pensée critique de la victime
Lors de la phase d'emprise, le PN va inhiber la pensée critique de sa victime. Dans la phase suivante, il provoque en elle des sentiments, des actes, des réactions, par des mécanismes d'injonction ou d’induction. Il essaie de pousser sa victime à agir contre lui (et à la faire agir d’une façon perverse) pour ensuite la dénoncer comme « mauvaise ». Ce qui importe, c'est que la victime paraisse responsable de ce qui lui arrive.

 
Harcèlement moral pervers
Il isole sa victime, refuse toute communication, ne lui transmet pas de consignes, multiplie les critiques… 
Selon la définition la plus courante « Le harcèlement moral est un ensemble de conduites et de pratiques qui se caractérisent par la systématisation, la durée et la répétition d'atteintes à la personne ou à la personnalité, par tous les moyens relatifs au travail, ses relations, son organisation, ses contenus, ses conditions, ses outils, en les détournant de leur finalité, infligeant ainsi, consciemment ou inconsciemment, une souffrance intense afin de nuire, d'éliminer, voire de détruire. Il peut s'exercer entre hiérarchiques et subordonnés, de façon descendante ou remontante, mais aussi entre collègues, de façon latérale ».

Cabinet C. Charnay

1 rue walker 62000 Arras

  • Instagram - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc